Sodermix®

Quand utiliser SODERMIX® ?

Effets secondaires de la radiothérapie

La radiodermite est un effet secondaire fréquent survenant chez approximativement 80% des patients sous traitement par radiothérapie.

Il s’agit d’une irritation cutanée couvrant l’aire irradiée au cours du traitement.

Elle varie entre une légère rougeur et sécheresse de la peau (identique à un coup de soleil) et une intense desquamation dans certains cas.

Elle apparait habituellement quelques semaines après la fin du traitement.

La radiodermite est une simple inflammation de la peau, et il a été démontré que la superoxyde dismutase (SOD) topique peut être utile afin de soulager ce symptôme.

Dans une étude réalisée à Madrid (Manzanas, 2008) 57 patients souffrant de radiodermite ont été enrôlés et ont appliqué une crème à base de SOD deux fois par jour. A l’issue de la radiothérapie, 77.1% des patients montraient une amélioration partielle ou totale, tandis qu’à la fin de la période de suivi de 12 semaines, la radiodermite était guérie chez 100% des patients.

 

La fibrose est un effet secondaire tardif de la radiothérapie, survenant chez environ 70% des patients souffrant d’un cancer de la tête et du cou, et 25% des femmes traitées par irradiation pour un cancer du sein, 5% d’entre elles présentant une forme douloureuse.

La fibrose peut attendre des mois ou des années avant de se développer à l’issue d’un traitement.

La fibrose représente la formation d’un tissu cicatriciel dans la zone irradiée, qui se rigidifie et dans certaines zones telles que le cou, à côté de l’apparence inesthétique, elle peut limiter le mouvement et devenir très inconfortable.

Le rôle des radicaux libres est d’une importance primordiale dans l’apparition de fibrose, et par conséquent les antioxydants peuvent s’avérer utiles dans son traitement et même sa régression.

Plusieurs études réalisées à L’Institut Curie de Paris ont démontré que la SOD topique pouvait être efficace dans le traitement de la fibrose post-radiothérapie, lorsqu’elle est appliquée deux fois par jour durant au moins trois mois.

Selon les auteurs, une amélioration a été observée chez 74% (Benyahia, 1996) à 80% (Campana, 2004) des patients et la douleur a été réduite chez 90% des patients.